Sauvain Désinfection
Sauvain Désinfection

Courcelon : chenilles processionnaires du chêne

Les chenilles débarquent, une place de jeux interdite au public

Une colonie de chenilles processionnaires s’est installée dans un chêne à Courcelon (JU). Gare aux micropoils emportés par le vent!

La place de jeux de Courcelon (JU) est interdite d’accès. La place de jeux de Courcelon (JU) est interdite d’accès.

Des chenilles processionnaires ont été remarquées. Des chenilles processionnaires ont été remarquées.

Le site bouclé est arborisé. Le site bouclé est arborisé.

Les chenilles préoccupent les autorités jurassiennes. Les chenilles préoccupent les autorités jurassiennes.

Le désinfestateur Patric Sauvain interviendra à Courcelon dès que la météo le permettra. Le désinfestateur Patric Sauvain interviendra à Courcelon dès que la météo le permettra.

Une place de jeux: c’est le pire endroit pour rencontrer des chenilles processionnaires, un animal qui libère ses poils urticants dans l’air quand il se sent menacé. Les autorités de la commune mixte de Courroux-Courcelon (JU) ont compris l’urgence de la situation: le site a été interdit d’accès.

Le désinfestateur Patrick Sauvain interviendra dès qu’il fera deux jours de beau temps: «Nous devons attendre qu’il fasse 48 heures sans pluie pour intervenir. Dur dur…», fait-il savoir. «La processionnaire du chêne est un papillon indigène en Suisse, dont la chenille peut causer des réactions allergiques potentiellement dangereuses», ont indiqué récemment les autorités jurassiennes.

«Depuis quelques années et à la faveur d’un climat plus doux, cet insecte s’est plus largement répandu dans le Jura», constate l’Office jurassien de l’environnement. La chenille processionnaire a été combattue avec succès, notamment à Courrendlin.

À la faveur des changements climatiques, plusieurs pullulations en milieu bâti ont été dénombrées, entraînant des problèmes de santé pour le voisinage. Au printemps dernier, l’Office de l’environnement a mis sur pied une journée de formation aux mesures de lutte, destinée aux paysagistes, désinfestateurs et employés communaux.

«Il est important de délimiter le secteur et interdire l’accès au public», a prévenu Office jurassien de l’environnement. La «Thaumetopoea processionea» produit des poils microscopiques. Même sans contact direct avec l’arbre, un simple passage dans une prairie à proximité directe des arbres peut causer des irritations et allergies, y compris pour les animaux domestiques et le bétail.

Ces chenilles poilues se nourrissent de feuilles en se déplaçant en procession de branche en branche. Le jour, elles se reposent dans des nids de soie construits sur le tronc ou sous les branches charpentières. Leur tête est noire et leur corps est foncé avec des flancs clairs et de longs poils argentés, mais c’est leur instinct grégaire qui les rend reconnaissables: elles migrent en procession et se regroupent dans un nid bien visible durant le jour.

Les larves produisent des poils urticants contenant une protéine irritante. «Ce ne sont pas les longs poils bien visibles sur les chenilles qui causent problème mais bien des poils microscopiques placés dans des poches sur l’abdomen et libérés lorsque la chenille est menacée», insiste l’Office jurassien de l’environnement.

Ces poils sont produits par milliers et sont facilement transportés par le vent: «Ils peuvent se poser dans les herbes, sur le linge, sur la nourriture et sur tout autre support pouvant entrer en contact avec la peau et les muqueuses», informe l’Office jurassien de l’environnement.

Lorsqu’ils entrent en contact avec la peau, ces poils microscopiques provoquent des irritations et réactions allergiques, engendrant des éruptions cutanées et de fortes démangeaisons. Les contacts avec les yeux causent des conjonctivites. Quand ils sont inhalés, les poils irritent les voies respiratoires. S’ils sont ingérés, ils provoquent des inflammations des muqueuses et des intestins.

Les nids peuvent être enlevés manuellement par un professionnel équipé d’un aspirateur doté d’un filtre. Ils doivent être incinérés au chalumeau, sur l’arbre ou sur le sol. Une élimination avec des insecticides biologiques est également possible. Plus l’élimination se fera tôt dans la saison, plus elle sera efficace.

Le Matin du 7.07.2021

Par Vincent Donzé

Chez nous, le constat et le devis sont gratuits !

N’hésitez plus, prenez contact avec nous sans plus attendre.

Plus d’infos →

Logo Le Matin Logo Le Matin

Logo Le Matin Logo Le Matin

Nous sommes à votre disposition pour tout renseignement !
Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.